< id="et-core-unified-cached-inline-s">.et_pb_image_0 { text-align: center; }

Avis de lecteur – L’amour, la mort

Chers amis, lecteurs, moteurs de recherche, agent secret ou que sais-je encore, arrivé ici par erreur ou au gré d’une navigation houleuse, laisse-moi te parler d’un drôle de tumulte dans ma tablette. J’ai eu l’étrange surprise, moi qui ne lis que très peu de poésie, mes préférences allant habituellement à l’anglais Keats (toi qui parcours ces lignes, si tu ignores de qui il s’agit, cliques ici) et à l’irlandais Yeats (le lien pour les gens qui auraient la chance de ne pas le connaître pour le découvrir). Peu d’auteurs de poésie trouvent ainsi grâce à mes yeux (d’accord, je suis peut-être dur parce que je ne suis pas un grand fan non plus, il faut que ça me parle et leurs textes à eux me racontent beaucoup de choses).
Lorsqu’Elen, dont j’apprécie la plume acérée, se fend d’un petit recueil de poésie, j’hésite… Vais-je accepter sans sourciller une telle incartade ? Vais-je condamner ces textes sans les lire ? Poser un mouchoir dessus ? Où pire ? Vais-je modifier ma façon de voir l’auteur ? Qu’y puis-je ? C’est donc avec beaucoup d’appréhension que j’ai attaqué ce petit recueil de poésie érotique et existentialiste. Âmes sensibles s’abstenir, vous serez prévenus.
Tout d’abord, commençons par la fiche signalétique qui va bien, en cette période de rentrée des classes ne perdons pas les bonnes habitudes s’il vous plaît.
Le titre : L’amour, la mort, le lien Amazon vu que je n’ai honteusement pas trouvé de page Internet qui en parle…
L’auteur : Elen Brig Koridwen (je ne la présente plus) sa page Facebook et son site Internet
L’éditeur : Elle-même
Thèmes abordés : La vie, l’amour et l’accomplissement
Le résumé sur le fleuve sud américain :

Petits poèmes érotiques et existentiels composés entre 2008 et 2014

Bon, reconnaissons que l’auteur a le mérite d’être concis au sujet de son œuvre, le prix est dérisoire, aussi ai-je donc tenté l’aventure, l’esprit le plus largement ouvert possible.
Autant le dire tout de suite, j’ai été un peu surpris, voire même décontenancé et troublé. Ce recueil, sans être indécent, n’est pas à mettre entre toutes les mains, les plus prudes pourraient en être choquées et laisser tomber leur ouvrage, ce qui s’avérerait dommage pour la tablette surtout.
Qu’écrire ? Je n’ai pas tout aimé, mais j’en garde une excellente impression générale, l’écriture est vraiment agréable, les mots sont choisis avec soin et touchent droit au cœur, sans ambiguïté ni faux semblant, l’auteur apporte dans ces quelques fragments poétiques une lumière détonnante qui secoue votre individualité. Elle expose à sa façon une âme qui a vu, su, ressenti et vécu les choses, par ces textes, il est possible de percevoir quelques éclats d’une sincérité incroyable qui vous cloue devant les mots. J’ai été particulièrement touché par les deux poèmes centraux du recueil : Blessés, debout, heureux et Le sourire de Sisyphe qui ont résonné en moi avec la force d’impact d’une trombe en pleine tempête. Je n’ai pas la prétention d’être grand amateur de poésie, d’autres que moi trouveront à redire sur ce qu’ils veulent, je tenais à vous faire partager cet avis simple sur des poèmes courts qui m’ont ému dans un registre où je n’attendais certainement pas cet auteur.


La profondeur des textes alliée à une maîtrise de la langue française apporte ici une belle plongée initiatique dans des thèmes importants de nos jours tels que la Vie dans ce qu’elle a de plus éprouvant et de plus dur, la mort comme une finalité, mais peut être aussi une étape à accepter et l’accomplissement comme le passage de la vie à la mort. Mon interprétation est ce qu’elle est, chacun voit midi à sa porte et chacun aura ses propres clefs de lecture. Pour ma part, j’ai été touché par ces textes. Pour un prix si dérisoire, dix poèmes sensibles à découvrir.
À très vite pour un nouvel avis de lecteur.

Copyright © 2016 Lysere. All Rights Reserved.