Avis de lecteur – Stephane Desienne – Les dividendes de l’apocalypse

On y est, après un grand moment d’absence, je redescends de ma montagne avec des avis de lecteurs plein ma musette, alors plutôt que d’en mettre partout dans tous les sens comme ça l’air de rien, je vais les éparpiller au gré du Net dans la joie et la bonne humeur. Voilà, je vais donc commencer en douceur avec un livre qui me fait de l’œil depuis un moment, l’air de rien et comme j’ai beaucoup apprécié son autre roman Voyager, dont vous pouvez lire l’avis ici. Ben il me fallait alors bien jeter un œil à cet autre ouvrage du même auteur, j’avais du temps, il était là sur ma tablette à attendre bien sagement, l’occasion faisant le larron, je l’ai attaqué dans la joie et la bonne humeur.
Allez, je n’arrête pas de dire que je vais refaire une nouvelle fiche signalétique, ouais, ouais, je sais, elle est dans les tuyaux, mais ce n’est pas en ce moment que j’ai vraiment le temps de l’occuper de ça, du coup vous avez l’ancienne, soyez déjà contents.
Titre : Les dividendes de l’apocalypse et la page du livre sur le site de l’éditeur.
L’auteur : Stéphane Desienne sa page Facebook et son site internet.
L’éditeur : Les éditions NL avec leur site internet, un catalogue plus que vaste et leur page Facebook pour les accrocs.
Thèmes abordés : La religion, la politique, le sacrifice
Comme d’habitude parce que j’aime les petites habitudes qui vont bien comme ça, l’air de rien, voici le résumé du livre que l’on peut trouver sur le site de l’éditeur.

En exil sur Nouveau-Vatican une petite planète isolée à l’écart du mercantilisme spatial, l’Église Catholique Romaine s’apprête à affronter sa Seconde Apocalypse. Une faction dure de dignitaires conduite par le puissant Cardinal Valero estime qu’il est temps que l’Église effectue son grand retour dans les affaires humaines et qu’elle fasse payer les responsables de la Première Apocalypse qui a failli la détruire sur l’ancienne Terre. À la tête de l’Inquisition, le Cardinal Valero a la ferme intention, par tous les moyens, de faire table rase de la période de Refondation. Mais pour que sa victoire soit totale, Valero doit se débarrasser du Pape Célestin. Pour affaiblir le Pontife, il va faire chanter son bras droit, Joseph Joachim Janssen qui n’a pas réussi à dissimuler aux inquisiteurs son goût pour des mœurs controversés. Le plan machiavélique de Valero pour asseoir la domination du nouveau Pape est sur le point d’aboutir lorsque l’équipage d’un cargo de la Mission Commerciale des Œuvres découvre une Archive informatique qui se comporte comme un redoutable virus capable de détruire les systèmes d’informations. Valero voit dans cette Archive, l’arme absolue pour semer le chaos dans l’Espace Humain.

Mon dernier avis sur le roman Voyager nous emmenait loin dans une enquête menée tambour battant au travers de l’espace, ici nous restons sur une planète lointaine isolée de tout avec les ingrédients d’un complot galactique de grande amplitude, un conflit interne au sein d’un ordre à la puissance déclinante, des luttes de pouvoir et au cœur de cette marmite en pleine ébullition des hommes et des femmes dont les actions et les réactions sont humaines. Les motivations cachées et les convictions des uns se heurtent à celles des autres dans un tourbillon d’émotions et de flammes. L’auteur nous emmène sur les pentes glissantes de la lutte du bien et du mal, du conflit entre la morale et le devoir, ce qui doit être fait et ce qui est juste. Chaque personnage dans sa quête personnelle de rédemption apporte son lot de douleurs et de difficultés qui en font un livre certes court, mais extrêmement dense. Facile à lire pour qui veut un bon divertissement, il apporte également son lot de réflexions et de questions existentielles pour le lecteur exigeant qui veut aller plus loin. Je regrette néanmoins que l’ouvrage s’arrête sur quelques questions laissées sans réponses par l’auteur, mais je ne peux pas le lui reprocher, la narration ne se prêtant pas forcément aux épilogues explicatifs longs et compliqués. En quelques mots, je me suis laissé emporter et l’alchimie des mots a fonctionné.

Copyright © 2016 Lysere. All Rights Reserved.