Avis de lecteur – Poljack – La momie drômoise

Ami lecteur, je te salue, ça va trop vite pour toi ? T’inquiètes pas, pour moi aussi. Comme je n’arrivais pas à me remettre de ma lecture précédente, j’ai tenté un sevrage et comme ça n’a pas fonctionné, ben voilà le résultat, j’ai replongé. Oui, il y a de nouveau la couverture à côté, c’est une nouveauté, je trouve ça plus propre, forcément, c’est plus petit, mais c’est aussi pour que le texte t’arrive droit dessus genre train de marchandises, plus la peine de tortiller t’es directement envoyé dessous. Du coup, je pense que ma toute dernière lecture a laissé des traces dans ma façon d’écrire. Allons-y, puisqu’il faut en passer par là, pour la petite fiche qui va bien.
Titre : Les sbires d’Agouna et le lien vers le site de l’auteur qui en parle
L’auteur : Paul Éric Allegraud et le lien vers son site et sa page Facebook
L’éditeur : Lui-même
Thèmes abordés : Enquête, aventures, complot international
Une fois n’est pas coutume, bim, voilà le résumé que personne n’attendait :

Alors que Poljack prend quelques jours de vacances chez sa sœur, dans la Drôme, un corps momifié est découvert dans une petite chapelle sur les hauteurs de Saint-Paul les trois châteaux. C’est le début d’une nouvelle enquête.
Très vite, il s’avère que cette momie est liée à un trafic international d’antiquités incluant de vraies pièces pillées sur des sites archéologiques et des contre-façons. Un ingénieur russe a trouvé le moyen de fabriquer des momies à partir de cadavres de personnes enlevées, emprisonnées et privées de nourriture jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Ses investigations vont emmené Poljack dans les montagnes de l’Altaï, entre la Mongolie et la Russie. À Oulan-Bator, il fera la connaissance d’une jeune inspectrice mise à pied par ses supérieurs corrompus. Avec son aide et celle de quelques amis de la fliquette, ils réussiront à démanteler la bande de trafiquants sur le territoire mongol, mais il devront rentrer en France pour finir le boulot. Et là, pas de mal de surprises les attendent encore.

Bon, et bien vous étiez prévenus dans mon dernier avis de lecteur, j’ai terminé le bouquin suivant dans la foulée, encore une fois presque (284) trois cents pages, mais ce n’est pas ça qui va m’arrêter et me revoilà sur l’épaule de notre aventurier de l’extrême. Au programme, médecine traditionnelle ancestrale, gastronomie locale et voyages en première classe pour une enquête qui nous emmène dans des régions accueillantes à la population ouverte et cosmopolite. Bref, un endroit parfait pour ramener de jolies photos de vacances. Loupé, encore une fois, l’auteur nous guide dans de rocambolesques péripéties où l’odeur de la poudre s’incruste jusque sous vos ongles. On sent les influences des romans d’aventure et d’espionnage, le vent qui balaie les steppes d’Asie et ces peuples fiers qui ne se laissent pas abattre. La plume de l’auteur ne nous offre pas de répit, à nouveau les mots nous emmènent dans un voyage inattendu entre les aventures de Blake et Mortimer, Bob Morane, OSS 117 (les livres de Jean Bruce je vous ai dit dans la dernière chronique) pour tout finir là où tout à commencé. Un aller-retour aux accents slaves prononcés, dans son dos le souffle des chevaux et ce serait plus ceux de l’Apocalypse selon Saint-Jean plutôt que de doux et placides animaux de labours…

En bref, une lecture dans la même veine que le premier volume, action, enquête et voyage le tout pour la bonne cause.

Copyright © 2016 Lysere. All Rights Reserved.