< id="et-core-unified-cached-inline-s">.et_pb_image_1 { text-align: center; } .et_pb_image_0 { text-align: center; }

Avis de lecteur – Alex Evans – Les murailles de Gandarès

Chers amis et lecteurs, bonjour ou bonsoir, cela dépend de l’heure, je retourne vers vous avec un nouvel avis de Lysere un peu en retard, mais ça commence à être une habitude me direz-vous… Probablement oui… Au programme de cet avis, l’instant pivot d’un monde en changement. Je me suis retrouvé confus au départ à la lecture de cet ouvrage, il m’a fallu un peu de temps et une relecture pour m’assurer de mon avis. Mais soyez rassuré, je l’ai été également. Toujours dans la littérature de genre, plus précisément celle de l’imaginaire, j’ai lu :

Le titre : Les murailles de Gandarès

L’auteur : Alex Evans, sa page Facebook.

L’éditeur : Les éditions NL, leur site Internet et leur page Facebook.

Les thèmes abordés : Changement, spiritualité, rébellion

Et voici le résumé de l’ouvrage que l’on trouve sur le site de l’éditeur :

Varla, l’esclave-guerrier cruel et sans pitié, a mortellement blessé Harvall, le roi du Dagher. Dans un dernier souffle, ce souverain déchu supplie son ami, un dragon, de protéger sa fille, la princesse Yalani qu’il a réussi à faire fuir vers Gandarès, où elle doit se mettre sous la protection de son grand-père maternel, Asaker, le Roi-Prêtre. Yalani est la dernière des Verrima, une famille dont les membres sont seuls capables d’ouvrir le sanctuaire de la Pierre Sacrée. Varla, qui a usurpé le trône du Dagher, envoie ses sbires à la poursuite de la princesse et décide de conquérir Gandarès. Il veut s’emparer du talisman et ainsi renforcer son pouvoir. Dans la Montagne aux Esprits, Verrima, l’ancêtre millénaire de Yalani, examine la situation à sa manière. Elle vient d’une civilisation avancée qui a disparu lors d’un cataclysme. C’est elle qui a créé la Pierre, un cristal magique doué de raison. Utilisé à mauvais escient ou incorrectement, il peut provoquer un désastre. Or, c’est le début de l’Ann Rinn : une période où la magie devient instable. Aussi, les sortilèges se défont, y compris ceux qui protègent la Pierre. Un nouvel ordre semble vouloir s’instaurer, mais sur quelles bases pourra-t-il se construire ? C’est à une quête des origines que sont confrontés les protagonistes de cette saga héroïque, formidable roman d’aventure qui assurément capture le lecteur et l’emprisonne lui aussi derrière les murailles de Gandarès, qui abritent bien des secrets. Une lecture passionnée et passionnante qui ne laisse pas un moment de répit, Alex Evans alternant actions retentissantes, scènes de batailles épiques, magie et suspense, pour notre plus grand plaisir.

Bien, si au départ je n’étais pas très convaincu, c’est surtout parce que je sors d’une grosse phase de lecture SF, du coup, la fantasy, ça m’a fait un peu bizarre. J’ai laissé reposer et l’ai relu calmement quelques semaines plus tard, en conclusion : ça va mieux. Comment vous en parler sans dévoiler l’intrigue ? Les personnages sont intéressants et les rapports entre eux sont bien plus complexes qu’il n’y paraissent, même si certaines ficelles sont évidentes dès le début, l’auteur tire son épingle du jeu avec quelques surprises bien gratinées saupoudrées tout au long du roman. L’histoire n’est pas nouvelle, sur fond de guerre, de révolte et de trahison, nous avons des personnages arrachés à leur monde qui doivent s’unir pour atteindre un objectif, mais si cet objectif passe pour relativement évident à l’œil du lecteur averti, certains aspects du récit donnent un tout autre éclairage à certaines scènes, certains poncifs sont bien présents, mais ils ne choquent aucunement la lecture et lui apportent même une saveur un peu rétro terriblement agréable.

La plume de l’auteur est intéressante, certes, un peu sèche, si je devais faire un seul reproche ce serait, à mon humble avis, un petit manque d’emphase, mais cela donne au récit une densité plus importante et une nervosité bienvenue dans un univers qui se prêterait particulièrement bien aux longues descriptions. Il s’agit sûrement d’un parti pris, conscient ou pas de la part de l’auteur, mais qui est rafraîchissante dans le souffle du récit.

En résumé, les murailles de Gandarès m’ont fait passer un bon moment de lecture et j’en remercie la plume.

Copyright © 2017 Lysere. All Rights Reserved.