< id="et-core-unified-cached-inline-s">.et_pb_image_0 { text-align: center; }

Avis de lecteur – Voyager

Amis, lecteurs et visiteurs de passage, bienvenue en ce jour pour un nouvel avis de lecture d’un roman de Science-Fiction mes préférés. Un peu déçu par ce que l’on peut lire actuellement, je me suis orienté cette fois-ci vers un auteur peu connu du grand public, loin de la grosse artillerie des maisons d’édition ayant pignon sur rue, je m’intéresse davantage aux petites maisons qui font la part belle aux découvertes d’auteurs francophones. Je me suis donc attelé à un ouvrage qui traîne dans ma Pile à lire depuis maintenant fort longtemps. Il s’agit du dernier roman de Stéphane Desienne intitulé Voyager aux éditions Numeriklivres.
La première chose qui change agréablement quand un de ces livres vous tombe sous la tablette, c’est que si vous l’achetez sur le site de l’éditeur, il est vendu sans DRM, du coup, il vous est possible, moyennant une petite manipulation simple de votre fichier, de le transformer en ce que vous voulez. Du coup, l’EPUB s’est transformé pour pouvoir être lu dans ma bibliothèque numérique sans faire de vague, mais je sais que si je veux le faire lire à mon épouse sur son autre tablette, il me suffit de lui copier le fichier original, pas comme la majorité des livres que l’on trouve sur Amazon ou sur la FNAC qui ne supportent que peu un passage à la moulinette et/ou un changement de format.
Passons donc à la fiche descriptive de la bête :
Le titre : Voyager, sa page chez l’éditeur
L’auteur : Stéphane Desienne sa page Facebook et son site internet
L’éditeur : Numeriklivres, leur site internet et leur page facebook
Thèmes abordés : La curiosité, l’inconnu, les illusions
Voici le résumé que l’on peut trouver sur le site de l’éditeur :

Mars 2179. L’ancienne capitaine de vaisseau, Vilma Bates, est interrogée par le Bureau des Investigations Intersolaires à propos d’une ancienne mission au commandement du Lewis & Clark, un éclaireur commercial.
2177. Lors de cette mission, elle et son équipage avaient pour objectif de retrouver les deux sondes Voyager, envoyées dans l’espace en 1977, bien avant le Reboot qui effaça toutes les données numériques terrestres. Malheureusement, le succès de leur tâche est entravé par de nombreux problèmes qui vont créer des tensions dans le vaisseau. Les vidéodisques portés par les sondes ont disparu. Qui les a enlevés ? Et pour quelle raison ? Ces interrogations les pousseront à avancer plus loin dans l’univers.
L’arrivée du mystérieux professeur Meclan à bord du navire va empirer les choses. Lui et le capitaine Bates semblent partager un secret capital à propos des messages portés par les sondes. Badger, l’ingénieur plus que retors, va contester le commandement de la capitaine. Même Chip, le chimpanzé IA du vaisseau ne saura temporiser tous les caractères s’opposant au sein de l’équipage.

Nous avons donc tous les ingrédients pour une enquête en bonne et due forme. Le récit est crédible, les transitions très bien rendues, l’écriture est nerveuse et sobre. Le caractère des personnages est bien trempé. J’ai retrouvé des descriptions réalistes, loin du côté cowboy de l’espace. Les possibilités et les hypothèses sont très bien rendues, les personnalités sont fortes et permettent des interactions riches. Le récit me fait penser à Usual Suspects un film sorti en 1995 dans sa façon d’aborder le récit et la manière de raconter. La fin me rappelle plusieurs autres films et livres, jusque-là pas forcément d’une grande innovation, néanmoins, la façon dont le dénouement nous est servi permet de conserver la tension jusqu’au bout, façon thriller noir et drame humain. Il ne manque plus qu’un ordinateur ravagé du ciboulot façon Hal pour compléter le portrait, mais le chimpanzé IA fait bien le boulot aussi.

En résumé, une ambiance très thriller, visuellement, j’arrivais parfaitement bien à me représenter les scènes alternant entre souvenirs et périodes d’interrogatoires, les dialogues sont construits tout en ambiguïté laissant planer le doute jusqu’à la fin quant à la réalité de la situation, aucun personnage ne détient la vérité absolue bien que certains en soient plus proches que d’autres. Le récit est réaliste, les explications sans être lourdes donnent une profondeur et une crédibilité que peu de récits SF arrivent à avoir, et la fin, sans être une nouveauté est montée de telle façon qu’elle arrive quand même à nous surprendre malgré tout. En tout cas, pour ma part, j’ai adoré et vais de ce pas rajouter un autre bouquin de cet auteur dans ma pile à lire : Les dividendes de l’apocalypse.

À bientôt pour un nouvel avis lecture.

Copyright © 2016 Lysere. All Rights Reserved.